Publié le Laisser un commentaire

Quand doit-on dire « Runway extended centre line », « runway heading », ou « runway axis » ?

Merci à Mermoz Academy qui investit dans l’anglais de l’aviation

Un grand merci à Mermoz Academy qui produit des efforts importants pour aider leurs élèves pilotes en anglais de l’aviation. La photo du croquis ci-dessus provient d’un cliché de leur salle de classe numéro 2, « Jack Krine ». FCL ANGLAIS y donne des cours d’anglais pour l’aviation en présentiel depuis le mois d’avril 2022. En effet, les dirigeants de Mermoz Academy confirment qu’une bonne maîtrise de la langue anglaise est un facteur clé dans le CV d’un pilote. C’est avant tout un plus pour garantir la sécurité des vols. On publie et met à jour la phraséologie aéronautique régulièrement. C’est vrai pour l’OACI comme pour les administrations et fournisseurs des services de navigation aérienne, mais ce n’est pas si simple. Nous devons non seulement respecter la documentation officielle, mais aussi tenir compte des facteurs humains si nous ne voulons pas manquer l’essentiel de la communication vocale. Venons en aux exemples du jour : runway heading, runway axis, extended centre line. Nous allons voir quand on peut les utiliser.

La documentation est claire malgré des différences

J’ai consulté quelques manuels de radiotéléphonie en anglais (ICAO DOC 9432, CAA CAP 413, DGAC Manual of radiotelephony, EGAST Guide to phraseology, SERA 923/2012 modifié en 2017, et décret du 27 juin 2000 modifié) pour faire le point. Il s’avère que la documentation officielle cite certaines expressions en anglais, d’autres non. Toutefois, le sens reste le même lorsqu’il s’agit du cap de piste ou de l’axe de piste. Attention, runway heading ou encore runway track ne signifie pas extended centreline. On peut se dire que tout va bien, que voler est devenu plus sûr que jamais. Les critères retenus pour les compétences langagières du FCL .055 sont relativement exigeants. Cependant, certains pilotes et contrôleurs aériens continuent de signaler une phraséologie irrégulière ou dangereuse.

Runway axis à proscrire sauf…

On ne sait pas vraiment ce qui motive une nouvelle expression alors qu’il en existe une officielle. Est-on certain que tout le monde comprenne les mêmes termes de la même manière ? Cette vidéo recommande d’arrêter l’utilisation de « RUNWAY AXIS » pour le remplacer par « runway extended centreline », ou « extended runway centreline », ou encore « extended centreline ». D’autres commentaires s’intéressent à la signification de « runway heading » et quelques expressions bizarres, sans oublier « go ahead » (dans une autre vidéo peut-être) retiré du DOC 9432 de l’OACI dès 2007 ! Après avoir écouté des enregistrements de 2022, on peut se demander si la phraséologie de l’OACI a réintégré « go ahead ». Pas du tout. Il a juste été conservé pour les procédures SELCAL. « Runway axis » ne devrait pas être utilisé non plus. On peut parfois utiliser « Runway axis » comme point de repère pour la voltige aérienne, mais pas à des fins de navigation.

Follow...Facebooktwitterpinterestlinkedinyoutubeinstagram
Share...Facebooktwitterpinterestlinkedinmail
Publié le Laisser un commentaire

Nouvelle performance: NIVEAU 6 OACI

Jeanne Vibert anglais niveau 6 OACI DGAC test examen FCL .055

Un niveau 6 bien mérité!

Disons le tout de suite, tout le mérite dans cette performance revient avant tout à Jeanne Vibert. Cette ingénieure en aéronautique avait contacté FCL Anglais pour une formation très courte de seulement deux heures. La demande portait sur des vols fictifs uniquement. J’ai d’abord trouvé cela un peu bizarre mais Jeanne savait exactement ce qu’elle voulait. Il convient de rappeler que le FCL .055 IR est une qualification de pilote de ligne. Dès notre premier contact, j’ai compris que je n’avais pas affaire à une candidate ordinaire. Jeanne parle avec un anglais parfait. Avec une telle maîtrise de l’anglais on peut parler de bilinguisme. Elle voulait des entraînements aux vols fictifs. Après une courte initiation ou rappels sur l’anglais OACI, nous avons commencé une série de vols fictifs d’abord en VFR puis en IFR. Après quelques questions pour l’évaluation formative, le résultat était clairement un niveau 6. Ceci fut confirmé le lundi 17 janvier 2022 par le jury du centre examen DGAC de Paris-Orly.

Retour d’expérience sur cette brillante performance:

Encore merci à Jeanne qui m’a permis de relever ses impressions. Il semble que la crise de la Covid-19 ait permis quelques évolutions. De nouveaux messages de situations inhabituelles apparaissent dans les questions. Les candidats n’ont plus à ouvrir une enveloppe. Tout est fait sur ordinateur, le QCM également. Alors que les candidats étaient rassemblés par paires autrefois, Jeanne révèle qu’ils sont maintenant à quatre sur la fréquence du vol simulé. Cela peut être déstabilisant mais les examinateurs laissent en principe le temps au candidat de reprendre leurs communications si quelqu’un les interrompt au moment d’une réplique. Peut-être est-ce par modestie mais il semble d’après Jeanne que l’épreuve d’écoute n’était pas si difficile. Il est vrai que beaucoup de candidats ont redouté cet exercice en passant l’examen FCL .055 avec la DGAC. Toutefois cela fait environ trois ans que j’entends des retours d’expérience qui rapportent le contraire. A confirmer donc, mais tout cela va dans le bon sens. Bref, pour FCL Anglais Jeanne est la seconde personne après Géraud a ramener un niveau 6 OACI de la DGAC. Je tenais à la féliciter tout particulièrement pour cette performance exemplaire!

Follow...Facebooktwitterpinterestlinkedinyoutubeinstagram
Share...Facebooktwitterpinterestlinkedinmail
Publié le Laisser un commentaire

ANGLAIS POUR LES PILOTES À L’APA TRAINING

Il est capital de faire des efforts dans la formation ATPL en quittant la zone de confort, le français. L’APA Training et l’Institut Aéronautique Jean Mermoz, dont je garde un très bon souvenir, n’ont pas hésité. Toutes les formations se font intégralement en anglais pour les pilotes. L’intérêt est double. Il est bien sûr de se familiariser avec les procédures et le vocabulaire en anglais. Il permet aussi de se tenir prêt pour la qualification obligatoire de radiotéléphonie internationale, le FCL .055. Cet examen permet de valider un niveau d’anglais OACI qui doit être au minimum niveau 4. 

Les compagnies aériennes sont plus exigeantes concernant l’anglais

Néanmoins, de plus en plus de compagnies aériennes exigent le niveau 5 voire le niveau 6 OACI. Par conséquent, l’anglais pour les pilotes, va devenir de plus en plus la langue professionnelle et un atout pour ceux qui parviendront à valider un niveau 6. C’est certes très exigeant, mais une formation intégralement en anglais permet de prendre de l’avance sur les échéances. Le niveau 4 OACI est valide 4 ans en France. Le niveau 5 est valide 6 ans. Enfin, le niveau 6 OACI est pour l’instant valide à vie. A distinguer: l’anglais aéronautique est plus général que l’anglais OACI qui se veut conforme aux procédures en vigueur en anglais pour les pilotes et contrôleur aériens.

Follow...Facebooktwitterpinterestlinkedinyoutubeinstagram
Share...Facebooktwitterpinterestlinkedinmail
Publié le

Interview – La LANGUE ANGLAISE dans l’AVIATION

Anglais de l'aviation, Fête de l'aviation, Ivan Hairon interview Toni Giacoia visioconférence video
Fête de l’aviation – Vidéo: L’ANGLAIS DE L’AVIATION – Toni Giacoia interviewé par Ivan Hairon

Interview à La Fête de l’Aviation

La Fête de l’Aviation est donc née! Réjouissons-nous de cette première. Des portes ouvertes ont eu lieu dans toute la France malgré la crise de la Covid-19. Des personnalités de l’aéronautique et de l’espace ont parrainé l’évènement. Des aéroclubs, entreprises, musées, aéroports et aérodromes ont accueilli le grand public. Ceci avec toutes les précautions nécessaires. Notamment, il était impossible de produire des conférences en présentiel. Ainsi, des visioconférences ont permis à des professionnels, des amateurs, des passionnés d’échanger leurs idées en public. Quelle que soit l’interview, il y avait toujours des réflexions et arguments intéressants à écouter. C’est dans ce cadre que l’organisatrice Géraldine Galland m’a invité à évoquer LA LANGUE ANGLAISE DANS L’AVIATION. Ivan Hairon, le pilote de ligne et bien connu animateur de plusieurs meetings aériens, a complété cette visioconférence de ses expériences de pilote.

Ressources Proposant de l’Anglais Aéronautique et Général

Anglais OACI

Pendant l’interview, j’ai mentionné des documents officiels pour l’anglais OACI. ATTENTION, les documents gratuits en ligne ne sont pas forcément à jour. Il convient de consulter régulièrement le site officiel du SIA, pour la France, afin de s’assurer de modifications. Voici la liste des documents cités:

Enfin, un grand merci à Ivan Hairon pour son intervention, à Géraldine Galland et toute son équipe en particuliers Magali Rebeaud et Nicolas Carof pour avoir organisé et démarré cette première fête de l’aviation.

interview fete de l'aviation 2020
Follow...Facebooktwitterpinterestlinkedinyoutubeinstagram
Share...Facebooktwitterpinterestlinkedinmail
Publié le

FCL .055 – UNE PERFORMANCE ÉPOUSTOUFLANTE !

Félicitation au champion Géraud Niveau 6 OACI FCL 055 DGAC Orly écoute Anglais

Chronique d’un FCL .055 ordinaire

Géraud devait passer sa qualification de radiotéléphonie internationale depuis un moment. Il s’agit d’un examen professionnel qui est censé évaluer précisément le niveau d’anglais OACI des pilotes d’avions et hélicoptères. Comme il parle pratiquement comme un Américain, il n’a bénéficié que d’un coaching extrêmement court sur FCL ANGLAIS. Quelques conseils ont suffi. Il m’a ensuite appris qu’il avait décidé de s’inscrire à l’examen d’anglais OACI FCL .055 D IR de la DGAC à Paris-Orly. Il s’agit de la version IFR du tout premier examen qui comprend, en plus du test classique, un questionnaire à choix multiples sur des connaissances variées en aéronautique. Plus particulièrement dans l’aviation commerciale.

Examen FCL 055 de la DGAC à Orly – Mef!

J’ai prévenu Géraud que la partie ne serait pas si facile car le centre examen de la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) d’Orly tient une réputation de longue date. Leurs examens, disons plutôt les résultats, seraient plus difficiles à obtenir dans ce centre. Quelques uns parmi mes élèves, qui avaient obtenu de brillants résultats sur des exercices d’écoute particulièrement difficiles, sont ressortis du FCL .055 d’Orly avec niveau 4 et même un niveau 3 pour une pilote qui parlait anglais comme une Américaine native. Il suffit d’une seule compétence en échec pour un échec à l’examen, peu importe la moyenne générale. En l’occurence, ces élèves excellents en anglais échouaient régulièrement en écoute malgré un important travail majoritairement sur l’écoute justement! Dans un centre d’examen du Royaume-Uni, il n’est pas interdit de penser, d’après nos informations, que ces mêmes candidats auraient obtenu un niveau 6.

Des problèmes pour parler anglais? Adressez-vous à FCL ANGLAIS

Avec ce genre de test, il n’est pas du tout impossible qu’un pilote anglophone natif échoue au niveau 6 à Orly. Peut-être que cela est déjà arrivé car la DGAC ne valide pas tous les niveaux de tous les organismes européens. Bref, par contre, mes élèves ont toujours eu de très bons résultats à l’expression orale. À quelques exceptions près. C’est le point fort de FCL ANGLAIS. Je dois reconnaître que pour quelques rares sessions à Orly il y a aussi eu l’inverse. Des candidats que j’estimais à peine au niveau 4 OACI se sont retrouvés au niveau 5. C’est assez déconcertant parfois d’entendre des élèves de retour d’Orly dire que le test était très facile. Surtout lorsque ces mêmes candidats avaient obtenu des résultats très moyens lors de la formation. La plupart du temps, les personnes qui reviennent d’Orly disent que leurs tests sont difficiles.

Objectif revu à la baisse – Niveau 5 OACI

Bref, tout ce que Géraud souhaitait au minimum, c’était de décrocher un niveau 4 pour valider sa licence dans l’immédiat. Vu ses performances à l’entraînement, j’ai insisté pour qu’il coche la case candidat en anglais niveau 6 OACI. Géraud a préféré ne pas la cocher. Dès lors, je savais qu’il reviendrait avec un niveau 5 OACI maximum. Néanmoins, sachant que pour des raisons pratiques il s’était inscrit à Orly, je n’étais pas rassuré car je connais la réputation des jurys d’Orly. J’ai peu de chiffres mais je me souviens qu’en 2013 il n’y avait qu’une soixantaine de niveaux 6 en France, VFR et IFR. Il y a tout de même plus de 40 000 licenciés FFA en France. On peut imaginer le pourcentage.

Si tous les FCL .055 pouvaient se terminer ainsi

Le mercredi 13 novembre 2019, Géraud envoie un message. Il a réussi. De plus, il a accompli un exploit: FCL .055 anglais Niveau 6 OACI! Je saute au plafond. Quelques-un de mes stagiaires avaient réussi le niveau 6 OACI à Orly (en dix années de formation en anglais OACI, ça arrive tout de même.) Cela signifie que Géraud a d’abord réussi le QCM (mais il suffi d’obtenir 10/20), mais surtout qu’il a réussi à obtenir 18/20 dans chacune des six compétences langagières du FCL .055. Ce que Géraud a accompli ici est tout à fait exceptionnel. Il n’est pas anglophone natif et il a pourtant obtenu au test d’écoute un flamboyant 20/20. En clair, l’élève a dépassé le maître! Je suis comblé de joie car c’est la première fois que je vois un 20/20 au test d’écoute DGAC sur FCL ANGLAIS.

J’ai d’abord pensé que c’était tant mieux car je croyais qu’il était tombé sur une de ces rares sessions prétendument faciles. Or, en écoutant Géraud débriefer, je comprends qu’il n’a pas été gâté avec des situations inhabituelles qui changeaient de l’ordinaire, des expressions pas toujours évidentes y compris à l’écoute. Il faut dire que chaque extrait d’écoute de communication contrôleur et pilote arrive dans les écouteurs sans avoir eu connaissance du contexte préalable.

BRAVO AU CHAMPION du FCL .055 !

C’est un succès majeur pour FCL ANGLAIS. Cependant, car je dois être honnête, tout le mérite revient à Géraud. Non-natif, avec peu de préparation, la note maximum à l’écoute, il a décroché le Graal haut la main. Ce niveau de qualification prisé lui ouvre la voie des plus grandes compagnies aériennes. L’expérience de cet instructeur pilote, sa maîtrise de l’anglais, sa capacité de travail, et sa vitesse de réaction ont permis ce résultat éclatant. Je savais qu’il pouvait le faire. Ce qui m’a étonné c’est qu’il n’avait pas coché la case candidat niveau 6 OACI. Il m’a expliqué ensuite que le jury lui a spontanément accordé le niveau 6 car celui-ci était habilité. C’est bon à savoir.

On peut être anglophone non-natif et obtenir la note maximale au FCL .055. A partir du moment où votre performance correspond aux descripteurs holistiques de l’échelle de notation en langues de l’OACI, ce niveau peut vous être accordé. Bravo Géraud, tu m’as fait très plaisir. FÉLICITATIONS! 🙂

Follow...Facebooktwitterpinterestlinkedinyoutubeinstagram
Share...Facebooktwitterpinterestlinkedinmail
Publié le

ANGLAIS AÉRO Pour PILOTES – Reprise des cours en ligne d’anglais OACI – FCL .055 – Lundi 2 septembre :

FLC ANGLAIS, formations pour pilotes, anglais aéronautique, anglais de l'aviation, préparation FCL055 RADIOTÉLÉPHONIE INTERNATIONALE, ATPL, Traductions, Translations, carte de visite, coaching

Les cours d’ANGLAIS AÉRONAUTIQUE FCL .055 en ligne reprennent le 2 septembre. Vous pouvez déjà réserver aujourd’hui sur https://fclanglais.fr .

D’autres services de formation sont en préparation: ANGLAIS FCL .055 IR (Instrument Rating), ANGLAIS DE LA NAVIGABILITÉ, ANGLAIS OTAN PLS 4444, ANGLAIS DE L’AVIATION, ANGLAIS GÉNÉRAL.

Un service de TRADUCTION et RELECTURE ANGLAIS/FRANÇAIS sera bientôt disponible: ANGLAIS DE L’AVIATION, ANGLAIS DE LA NAVIGABILITÉ, ANGLAIS DE L’HISTOIRE, GÉOGRAPHIE, MÉTÉOROLOGIE.

Un soutien en ligne pour l’ATPL et la PART 66 en anglais est à l’étude.

Ces travaux sont personnalisés, donc n’hésitez pas à passer un coup de fil ou un email aux coordonnées ci-dessous.

Follow...Facebooktwitterpinterestlinkedinyoutubeinstagram
Share...Facebooktwitterpinterestlinkedinmail